Vous êtes ici

Du nouveau Outre-Atlantique...

Au dernier Congrès américain de l'AAOS à Chicago en Mars 2013, d'éminents spécialistes de la chirurgie de la hanche ont débattu et proposé des solutions pour contrer un problème épineux et persistant de la chirurgie prothétique de la hanche qui est celui de la luxation de la prothèse. En voici les grandes lignes :

- La chirurgie assistée par ordinateur augmente la stabilité à long terme de la prothèse en rétablissement une bonne longueur et l'offset du membre opéré.

- L'utilisation de têtes fémorales plus larges que les têtes de 28 mm (32, 36 mm et au-delà) diminuent l'incidence des luxations en offrant une amplitude de mouvements plus grande tout en conservant une grande stabilité.

- L'orientation de la cupule cotyloïdienne par le chirurgien revêt une importance CAPITALE dans l'apparition de luxation post-opératoire. Ce positionnement ne doit probablement pas répondre à un dogme de pose immuable mais plutôt s'adapter à l'anatomie et à la version propre du bassin du patient.

- Les cupules à double-mobilité sont de plus en plus souvent utilisées (30% du nombre total des Prothèses Totales de Hanche = PTH en France) mais elles n'ont pas fait preuve de leur supériorité en terme de stabilité articulaire. Certains chirurgiens appellent donc à une certaine prudence quant à l'utilisation abusive de ce type de prothèses.

Référence : Beaule PE. Symposium B : Worldwide perspective on hip instability after total hip replacement. Presented at : American Academy of Orthopaedic Surgeons Annual Meeting; March 19-23, 2013; Chicago.